jeudi 18 août 2011

Un cadeau inattendu...

Avec les années,  le jardinage m'a amenée à m'intéresser à l'horticulture et à la culture de plantes précises.  J'ai donc commencé à parfaire mes connaissances pour certaines, comme par exemple, les hostas ou encore les fleurs propices au séchage pour en faire des bouquets de fleurs séchées et autres. Au début, lorsque nous avons acheté la propriété, nous nous sommes intéressés aux livres qui portaient sur le jardinage en général et qui nous donnaient surtout des trucs pour réussir nos plantations au potager. Puis, avec les années, on a ajouté à notre collection plusieurs autres livres encore plus spécifiques . Cependant, impossible de les acheter tous.

Hosta Frances Williams
Récemment, lors d'une visite d'une cousine et d'un cousin de mon mari, j'ai reçu un cadeau inattendu et inestimable. En effet, Denise, m'a fait cadeau d'une flopée de livres qui traitent de jardinage, d'oiseaux au jardin, d'aménagement, etc. Ce cadeau a été le bienvenu, car on n'a jamais assez de livres pour puiser des renseignements pertinents et utiles à nos besoins.


Voici la liste de ce qu'elle m'a donné : 
  • Style naturel au jardin, par John Brookes
  • Ma cabane au Québec, par Normand Cazelais
  • Splendeur des jardins, par Marina Schinz
  • L'art des poteries de jardin, par Elisabeth de Lestrieux et Kees Haeman
  • Petits jardins et terrasses - Comment les concevoir et les réaliser, par F. Palminteri
  • Les jardins d'oiseaux, par André Dion
  • Jardiner pour les oiseaux, par André Croteau
  • L'art des jardins à l'Anglaise de Gertrude Jekyll, par Richard Bisgrove
  • Encyclopédie des plantes médicinales, par Andrew Chevallier
  • Rendez-vous avec la nature, par Sélection du Reader's Digest
  • The Color Dictionary of Flowers and Plants for Home and Garden, par Roy Hay and Patrick M. Synge
  • Guide Prieur saison par saison, Par Benoit Prieur
  • Guide des arbres et des plantes à feuillage décoratif, par Benoit Prieur
  • Jardins des sens, par Jeff Cox et Jerry Pavia
  • Le jardin et la couleur, par Mary Keen
  • L'art de jardiner, par Martha Stewart
  • Le guide complet des herbes, par Diana Craig et Sarah Harris 


Quelques-uns des livres reçus

Inutile de vous dire qu'il y en a pour tous les goûts! J'étais très contente de recevoir un cadeau-surprise de cette ampleur. Surtout qu'en jasant avec elle, j'ai appris que ma donatrice s'y connaissait beaucoup en horticulture, elle qui a déjà été co-propriétaire d'un magasin de produits naturels.

Il faut que je vous dise que cette cousine, je ne l'avais pas vue souvent et que je ne la connaissais pas beaucoup. Mais, concours de circonstance et magie du Web, elle a commencé à écrire un blogue pas longtemps après le mien. Et je crois que c'est en lisant mon blogue qu'elle a pensé à moi pour les livres.

Comme nous faisions le tour des plates-bandes et du potager, elle pouvait me nommer les fleurs sans hésitation et même me parler de leur culture ou encore, de d'autres variétés s'y apparentant. C'est une femme très cultivée et passionnée. Comme elle habite maintenant en logement, elle ne peut plus jardiner autant. Elle en fait quand même un peu en enjolivant le terrain où elle habite; elle m'a dit qu'elle plante des fleurs et même des tomates pour les résidents du bloc.


Je la remercie encore de ce don et j'espère que je deviendrai aussi cultivée - c'est le cas de le dire - qu'elle l'est.

jeudi 11 août 2011

Journée mémorable...

Mercredi, 10 août, nous avons enfin eu droit à beaucoup de pluie, je veux dire assez pour vraiment arroser toutes nos plantes. Un voisin, à qui j'avais promis de lui donner des haricots de notre jardin, est venu les chercher chez-moi et en passant devant le potager a dit : "J'ai jamais vu un jardin aussi content". Il avait raison car tous les légumes en ont déjà bénéficié. Voici quelques photos prises avant un bon orage...

Sur le terrain en avant de la maison
Sur le chemin en avant de chez-nous
Nous avons eu droit à au moins 3 orages hier et le dernier nous a vraiment apporté beaucoup de pluie. Nos barils d'eau, pour le jardin, sont presque pleins.

Du côté de mes amis les oiseaux, il y a eu du nouveau hier. Tôt le matin, je suis allée faire une petite vidéo pour voir comment ils avaient grandi. Mais, surprise, la même chose m'est arrivé qu'avec les bébés merles. Un oisillon est sorti du nid en volant et est resté sur une branche devant moi. Il y est resté assez longtemps.

video

Sur ce petit film, on peut constater que les oisillons ont grossi, il n'y a plus d'espace dans le nid . On voit aussi que leur plumage est complet. J'ai demandé à mon fils de venir voir l'oisillon qui s'était envolé et il en a pris une photo sur la branche où il est resté un bon bout de temps.

Le bébé chardonneret jaune
Et puis, nous avons eu droit aux orages toute la journée mais, en soirée, le ciel était beau et mon mari, Louis, mon réviseur personnel et auteur de deux blogues : Le P'tit Louis et Vinylese en a profité pour sortir notre chien autour de la maison.

C'est alors que notre petit Boubou, un yorkshire terrier, a senti la présence d'un petit être dans la pelouse et ce, juste à temps! Imaginez-vous donc qu'il lui a sauvé la vie; en effet, un des oisillons était en mauvaise posture car il allait se faire avaler par une couleuvre. Louis m'a dit que la couleuvre ne bougeait pas et elle était prête à passer à l'action malgré la présence du chien et de son maître. Louis a donc pris une branche trouvée par terre et a éloigné la couleuvre grâce à elle. Il faut que je vous dise que ces bébés ne mesurent que 2 à 3 pouces de long ou 5 à 7 cm.

Notre Boubou
Ensuite, mon mari est venu m'avertir de la situation. Il a fait entrer l'oisillon dans un contenant de crème glacée, de la Coaticook, pour ne pas la nommer. C'est alors qu'en marchant vers ce contenant, j'ai découvert un  deuxième oisillon dans la pelouse; franchement j'ai été chanceuse de ne pas marcher sur lui. J'ai enfilé des gants, je l'ai pris dans mes mains et je l'ai déposé dans le même contenant avec son semblable.

Les deux bébés chardonnerets jaunes
Il commençait à se faire tard et nous ne savions pas trop quoi faire. Impossible de les remettre dans leur nid qui est trop haut pour nous, ce qui explique la mauvaise qualité des vidéos car je dois partir la vidéo avant que la caméra soit rendue au nid. Elle est installée sur un trépied que je dirige vers le nid à environ 2 pieds au dessus de moi. Je n'ai aucun contrôle sur la qualité en terme de focus.

Nous avons décidé de les mettre sur notre hamac en espérant que les parents les entendent piailler. Un des deux oisillons s'est envolé tout de suite et a atterri dans l'herbe. L'autre est resté et avait l'air fatigué. Puis, tout juste avant que la nuit ne tombe, je suis retournée voir au hamac, mais il n'y avait plus d'oisillon. J'espère que ce n'est pas le chat que j'ai vu en sortant qui les a bouffé...


Cet avant-midi, je suis sortie pour voir si il en restait dans le nid. Aucun son, aucun mouvement de ce côté. Par contre, en tendant bien l'oreille, j'ai entendu des chardonnerets adultes l'autre côté du chemin. Je suis traversée et j'ai aussitôt entendu des piaillements d'oisillons. J'ai revu le même gros chat qui rôdait dans le champs tout près d'eux mais je n'y peut rien maintenant, la nature doit suivre son cours...

Bonne journée!

lundi 8 août 2011

Dans la suite des choses...

Le beau temps continue mais le manque de pluie commence à affecter notre jardin. En effet, étant à la campagne, nous ne disposons que de deux puits de surface pour nos besoins en eau, ce qui a pour conséquence de rendre cette dernière encore plus précieuse.

Donc, en cas de sécheresse, nous utilisons pour le jardin l'eau de pluie que nous récoltons dans deux gros barils installés aux coins de notre remise. Nous arrosons donc manuellement et laissez-moi vous dire que c'est un travail qui est long et exigeant. Impossible d'arroser autant qu'une bonne averse mais c'est quand même mieux que rien...


Nous avons déjà goûté à nos betteraves Chioggia que j'avais semées à la mi-mai; elles sont déjà assez grosses et deux d'entre elles nous ont suffit pour accompagner un bon souper de filet de porc.

J'ai mariné celui-ci dans des quantités égales de moutarde de dijon, sauce soya, miel et huile d'olive, soit trois c. à table de chaque pour 2 filets; délicieux avec le poulet également. Quant à mes betteraves, elles ont été coupées en tranches d'environ 1/4 de pouce d'épaisseur, arrosées d'un peu d'huile d'olive, parsemées de thym frais, puis salées et poivrées. Je les mets en papillote dans du papier d'aluminium et sur le gril du BBQ pendant environ 20-25 minutes.

C'est une suggestion que m'avait faite Manon l'été dernier et j'adore les manger ainsi. Pour compléter ce repas, j'ai aussi préparé un peu de pommes de terre grelots dans l'huile d'olive, du romarin frais et de l'ail et j'ai fait sauter nos derniers pois mange-tout dans l'huile d'olive.

Mes 2 grosses betteraves Chioggia
Betteraves Chioggia été 2010

Nous avons aussi commencé à manger nos carottes, nos tomates raisins et nos cornichons. 


Malheureusement, comme vous le voyez sur la deuxième photo ci-dessous, ces derniers, tout comme les courgettes, sont affectés par le mildiou. Heureusement, nous avions aussi semé des concombres Lemon (1ère photo) qui eux sont plus tardifs et ne sont pas affectés par le mildiou. Peut-être parce qu'ils sont dans l'autre jardin; ils commencent à fleurir et à produire des fruits.






Depuis que je jardine, j'ai appris que tout ne peut être parfait; il y a toujours un problème quelconque. Cette année, la chaleur est avec nous, mais les pluies torrentielles que nous avons connues au début de l'été ont malheureusement ouvert la porte à certaines maladies.


Chez les cucurbitacés, c'est le mildiou; chez les tomates, c'est la septoriose qui, elle, est probablement due au temps très chaud et très humide que nous avons aussi connu cet été. Cette maladie a pour effet de faire mourir les feuilles des plants en partant du bas et en montant graduellement. J'ai beau couper les feuilles tout en désinfectant mon sécateur à chaque coupe, rien n'y fait; la maladie continue sa progression, laquelle  affecte maintenant la production de nouvelles tomates, car les fleurs sèchent et meurent. Consolation : nous aurons quand même, cette année, des tomates mûries sur les plants et nous y goûterons très bientôt!



La récolte de haricots verts Slenderette est commencée; comme d'habitude, ils sont délicieux.



La croissance des choux rouges et des pommes de terre n'est pas aussi bonne qu' à l'habitude. Je crois savoir pourquoi; depuis quelques années, nous avons de la difficulté à faire une bonne rotation dans le potager pour une simple et bonne raison : le soleil. En effet, la partie du fond du jardin ne jouit pas du même nombre d'heures d'ensoleillement.


Nos arbres sont devenus trop grands et d'année en année, nous n'arrivons pas à nous décider d'en abattre quelques-uns. Il faut dire que ce n'est pas une décision facile à prendre. Résultat : comme on peut le voir sur la photo, les plants de pomme de terre, au fond du jardin sont étiolés et les choux commencent à peine à pommer...




Par contre, malgré un manque de pluie, nos céleris croissent très bien et les betteraves formanova aussi!




Côté fleurs, il y a deux nouveautés cette semaine. Tout d'abord, il restait un dernier plant de rose trémière à fleurir cet été, et d'une couleur que j'adore : fuchsia. Je ramasserai les graines de ce dernier pour mon amie Sherri car elle adore ces fleurs. En pleine floraison aussi, les statices de mer Limonium latifolium dont je vous parlais dans mon billet Nouvelles floraisons et travail en vue. Cette plante produit une multitude de fleurs sur de longues hampes florales; elles sont toutes petites mais d'une belle couleur lavande et sont merveilleuses dans les bouquets. En plus elles font de belles fleurs séchées.





J'étais en train d'oublier que je vous avais posé une question concernant une photo prise au bord du lac La Pêche dans un  billet du mois de juillet. Sur la photo on pouvait voir une forme dans la souche. Moi, tout comme Danièle, j'y vois un genre de reptile. Il a comme la gueule ouverte dans le sable... On peut voir sa narine, son oeil et même une petite oreille. Merci à Danièle et Manon pour vos réponses.


Je vous laisse sur d'autres photos prises au Lac La Pêche, dans le Parc de la Gatineau où nous allons souvent nous baigner, pique-niquer et pêcher un peu, histoire de profiter de l'été qui passe toujours trop vite...







Bonne semaine à tous et toutes!

mardi 2 août 2011

Désherbage,divisions, réorganisation, oisillons & papillons!

Comme je vous le disais dans mon billet précédent Nouvelles floraisons et travail en vue..., mes plates-bandes sont en reconstruction. J'ai commencé, récemment, par désherber une partie de la plate-bande principale où se trouve un lilas. C'était un travail colossal car à cet endroit, les mauvaises herbes sont nombreuses et bien ancrées.

Le désherbage autour du lilas
Mon but principal, en travaillant dans ce coin, était de déloger les rhizomes d'iris pour les déplacer dans une autre de nos plates-bandes qui elle, était prête à les recevoir. Dans cette plate-bande, il a fallu que je taille un arbuste qui était devenu envahissant. En effet, cet arbuste - un spirea "arguta" vieux de  13 ans - était énorme en circonférence; il était temps que je le taille.

Les iris en question

Spirea Arguta printemps 2009
Après un bon désherbage du côté de la spirée où nous voulions travailler, il ne restait plus qu'un rosier que nous croyions avoir perdu le printemps dernier. Nous en avions donc fait notre deuil et rabattu le tout. Puis, au début de l'été, au milieu des mauvaises herbes, surprise! De nouvelles tiges sont apparues et, depuis, il a l'air en grande forme. Nous attendons impatiemment la venue de bourgeons.

Spirea Arguta taillé et le rosier ressuscité
Les iris prêts à planter
Après avoir nettoyé la plate-bande du mieux que je le pouvais, il était temps de transplanter mes iris. Avec les chaleurs des derniers jours, mieux valait m'y prendre tôt le matin afin de ne pas m'écrouler à la tâche. C'est donc en ce lundi 1er août que je suis passée à l'action. Cela m'a pris environ une heure et demi, incluant la plantation de quatre plants de coréopsis. J'aime bien le résultat.

Les iris transplanté autour du rosier
Coreopsis verticillata Moonbeam
Et maintenant, quelques nouvelles de nos oiseaux. La famille de moucherolles phébi est partie; je n'ai vu qu'un des oisillons en vol, et ce, une seule fois. La famille de chardonnerets, elle, se porte bien et les oisillons aussi. Voyez-les dans les courts vidéos ci-dessous :

video

video

Je sais que les images ne sont pas très, très claires mais c'est le mieux que je pouvais faire avec ma petite caméra. La première vidéo a été réalisée par mon fils, Charles.

Mais il n'y a pas que les oiseaux qui nous visitent. Je n'avais pas vu beaucoup de papillons cet été et heureusement, quelques uns sont venus visiter nos fleurs.

Monarque

Monarque

Amiral  
Ils sont magnifiques n'est-ce pas? J'adore me promener autour d'eux, c'est une expérience toujours plaisante et calmante. Je vous laisse sur d'autres photos de nos fleurs qui sont vraiment belles cette année.

Physostegia virginiana
Passe-rose ou rose trémière  (alcea rosea)
Voilà, c'est déjà tout pour l'instant. J'espère que ça vous aura plu. Bon jardinage!